Les mauvaises odeurs

Votre chien sent mauvais : il n’y a pas que la peau !

Si votre chien n’a pas de démangeaisons, trois hypothèses peuvent expliquer cette mauvaise odeur : un dérèglement hormonal, des problèmes auriculaires ou bucco-dentaires.

Un dérèglement hormonal peut entraîner une production de graisse exagérée par les glandes sébacées cutanées. En écartant le poil, vous constaterez que la peau est grasse et dégage une odeur forte. Le poil également est graisseux, surtout à sa base, et a souvent tendance à se coller pour former des mèches grasses. D’autres symptômes généraux (fatigue, augmentation de la soif…) peuvent y être associés en fonction du dérèglement en cause. Des analyses réalisées par votre vétérinaire pourront mettre en évidence l’affection de votre compagnon et un traitement approprié réglera votre problème.

Chez les chiens ayant les oreilles tombantes et très poilues, il s’y développe souvent des otites infectieuses. Le conduit auriculaire se remplit alors de pus qui macère du fait du manque d’aération. L’odeur qui en résulte a tôt fait de parfumer tout l’appartement ! N’hésitez pas à soulever les pavillons des oreilles pour voir s’il ne s’écoule pas du conduit un liquide marron, épais et fortement nauséabond.

Enfin, la mauvaise odeur de votre compagnon peut venir de sa bouche. Si ses dents sont entartrées, des particules alimentaires restent prisonnières du tartre et y pourrissent. Non seulement votre compagnon a une haleine pestilentielle, mais il risque des affections buccales graves et irréversibles.

Démangeaisons et perte des poils : Déterminer l’origine du problème

Plusieurs affections dermatologiques peuvent être à l’origine des mauvaises odeurs dues à la perte des poils et le diagnostic n’est pas toujours aisé.

L’odeur dégagée est presque toujours le résultat d’une infection cutanée. Celle-ci peut être d’origine bactérienne (staphylocoque, streptocoque…) ou mycosique (levures). Un prélèvement de pus au niveau des lésions permettra de mettre en évidence le germe responsable de l’infection et un antibiogramme d’appliquer le traitement nécessaire.

Mais il faut savoir que ces infections sont presque toujours secondaires à une autre maladie. Celle-ci peut être d’origine parasitaire. Les plus fréquemment rencontrées sont la gale et la démodécie. Votre vétérinaire pourra confirmer cette éventualité en étudiant au microscope un raclage cutané. Un traitement antiparasitaire local permettra alors d’éliminer les intrus.

Autre cause possible de votre souci : une allergie.
La plus fréquente est l’allergie à la piqûre de puces (DAPP), mais d’autres origines peuvent également être envisagées. Des tests cutanés pourront éventuellement mettre en évidence l’agent en cause et votre vétérinaire pourra alors commencer un traitement de désensibilisation.

Enfin, une alimentation déséquilibrée peut être à l’origine des mauvaises odeurs parce qu’elle n’apporte pas en quantités et en équilibre les nutriments nécessaires à la bonne santé de la peau. N’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire ou à un nutritionniste canin.

     

retour